Pour Clo-Clo

Dès ton arrivée dans ce cours de peinture, j’ai su
Ton teint pâle, tes cils raréfiés tes cernes j ai vu
Vaincre la maladie, vivre, tu voulais j’ai su
Savoir peindre, apprendre t’exprimer j’ai vu
Je pensais à une très chère amie perdue
Des mois auparavant, quatre, cinq, sais plus
Chagrin si tenace encore, si abattue
Mon cœur criait « danger » j ai su
Si nouvelle amitié désespoir en vue
Toi, des amies tu voulais j’ai vu
Deux fois par mois et bien plus
Des longues années on s’est vu
L’amitié, belle amitié est venue
Le temps passait, pour toi j’aurais voulu
Rémission, guérison merci mon bon Jésus
Des hauts, bien des bas hélas tu as connus
Sourires, courage, espoir, joies tu as eu
Pourtant tes jolies toiles mettaient ton âme à nue
« Petites filles aux regards tristes, désertes tes rues
Te dire « on t’aime » plus souvent on aurait dû !
Ma Clo Clo ma Clo Clo chérie
Ton départ dans une région de nous inconnue
Laissait tes amies « de peinture »si perdues
Souvent de toi, nous parlions, angoissées émues
Nous savions toutes que l on ne te reverrait plus
Ta voix au téléphone si triste si tenue
Ma Clo Clo ma Clo Clo chérie
L’espoir, le courage qui diminuent
La « mauvaise » a gagné la sale griffue
L’infect crabe a mordu
En juillet dernier en fumée tu es partie dans les nues
Ma Clo Clo ma Clo Clo chérie
Adieu adieu tu nous laisses désespérément perdues

 

28/08/2013