Septembre

Saules,frênes, et chênes frissonnent bruyamment
Un vent frisquet s'amuse dans leurs branches
D'aucun oiseau, on n' entend de jolis pépiements
D'épais nuages dessinent une barrière blanche

Septembre court vers l'automne frileusement
Sortons pulls, gilets , laine et longues manches
Petits écoliers vers l'école courent joyeusement
Apprennent l'heure, poésies, rêvent à Dimanche

L'automne roux bariolé se faufile sournoisement
Colore de rouille d'or les feuillages qui flanchent,
Cirés, parapluies, préparez vous urgemment,

Champignons, gibier cachez vous, en revanche!
L'été se traîne, l'été se meurt lentement
Nous nous reverrons après le prochain printemps  


16 septembre 2013

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.